samedi 18 avril 2009

«Le gouvernement n'est pas la solution, le gouvernement est le problème!» (Ronald Reagan)

Jeudi dernier, le site d’information Antagoniste.net nous apprenait que le gouvernement américain tentait de faire passer les libertariens pour de dangereux terroristes en puissance, ce qui n’est pas sans rappeler le fait que Stephen Harper avait traité les libertariens de 11e plaie d’Égypte plus tôt cette année.

Voici un extrait d’un document qui a été préparé par le Department of Homeland Security et qui a été remis à tous les corps policiers!



Rightwing extremism in the United States can be broadly divided into those groups, movements, and adherents that are primarily hate-oriented (based on hatred of particular religious, racial or ethnic groups), and those that are mainly antigovernment, rejecting federal authority in favor of state or local authority, or rejecting government authority entirely.

Rightwing extremists are harnessing
this historical election as a recruitment tool. Many rightwing extremists are antagonistic toward the new presidential administration and its perceived stance on a range of issues, including immigration and citizenship, the expansion of social programs to minorities, and restrictions on firearms ownership and use.



Pour le gouvernement américain, tous ceux qui sont en faveur de la réduction de la taille de l’État, bref, tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les politiques de Barack Obama, ne valent pas mieux que les membres du Ku Klux Klan. Or, les gens qui ont un minimum de culture politique comprennent bien que les libertariens sont aux antipodes du racisme.

Voici d'ailleurs comment la philosophe Ayn Rand décrivait ce fléau!



Racism is the lowest, most crudely primitive form of collectivism. It is the notion of ascribing moral, social or political significance to a man’s genetic lineage — the notion that a man’s intellectual and characterological traits are produced and transmitted by his internal body chemistry. Which means, in practice, that a man is to be judged, not by his own character and actions, but by the characters and actions of a collective of ancestors.

Racism claims that the content of a man’s mind (not his cognitive apparatus, but its content) is inherited ; that a man’s convictions, values and character are determined before he is born, by physical factors beyond his control. This is the caveman’s version of the doctrine of innate ideas — or of inherited knowledge — which has been thoroughly refuted by philosophy and science. Racism is a doctrine of, by and for brutes. It is a barnyard or stock-farm version of collectivism, appropriate to a mentality that differentiates between various breeds of animals, but not between animals and men.

Like every form of
determinism, racism invalidates the specific attribute which distinguishes man from all other living species : his rational faculty. Racism negates two aspects of man’s life : reason and choice, or mind and morality, replacing them with chemical predestination.



En assimilant les libertariens aux groupes suprémacistes et terroristes pour pouvoir les mettre sous haute surveillance, l’administration du président Barack Obama ressuscite le maccarthisme. Même l’administration du président George W. Bush n’a pas osé descendre aussi bas pour diaboliser ses critiques.

Pourquoi est-ce que je vous parle de ça? Parce que mercredi dernier, lors de la journée limite de l’impôt aux États-Unis, il s’est passé quelque chose de tout simplement merveilleux. J’en ai eu les larmes aux yeux.

Que s’est-il passé? Il s’est passé exactement ce qu’il devait se passer tôt ou tard : des milliers de cols rouges à travers les États-Unis ont prit la rue pour gueuler leur ras-le-bol du vol institutionnalisé qu’est l’impôt sur le revenu, des politiciens, du gouvernement, des médias biaisés, des démocrates, des républicains et des bailouts. Ils ont crié qu’ils en avaient assez de se faire enculer et de se faire siphonner leur argent durement gagné par le gouverne-maman, afin de financer un régime étatique dont ils ne profiteront jamais.

C’est la manifestation la plus grandiose, la plus pro-liberté, la plus pro-individus et la plus pro-démocratie que j’ai pu voir, depuis la grande manifestation monstre à Ottawa pour sauver CHOI-FM des griffes du tout puissant CRTC. À l’époque, les gens de Québec s’étaient tous réunis pour sauver la liberté d’expression au Québec et au Canada, ce qui était, ma foi, révolutionnaire dans le Québec de 2004. Aujourd’hui, en 2009, la révolution de la liberté se déroule maintenant aux États-Unis, le pays qui était jadis l’exemple le plus patent de la liberté et de la démocratie sur cette Terre et qui devient de plus en plus socialiste de jour en jour.

Or, si on en croit ce que nous a rapporté Nicolas Bérubé, ces manifestations n’étaient rien d’autre qu’une tentative avortée de la droite américaine pour mousser un sentiment anti-Obama. Hé bien, il a tort et il ne connaît pas son Histoire. Ces «Tea Parties» sont largement inspirés du Boston Tea Party de 1773 et ils ne sont donc ni de droite, ni de gauche, ni avortés. Ils sont populaires.

Le Boston Tea Party fut une révolte politique qui s’est déroulée à Boston, la capitale de
la Colonie de la baie du Massachusetts, contre le Parlement britannique en 1773. Depuis la promulgation du Stamp Act en 1765 et des Townshend Acts en 1767, le Royaume-Uni pouvait taxer ses treize colonies américaines. Cette décision était très mal perçue par les habitants des colonies, car ils n'étaient pas représentés au Parlement de Westminster et ils entendaient bien faire respecter le principe selon lequel un territoire non-représenté ne pouvait pas être taxé (no taxation without representation!).

L'un des protestataires était
John Hancock et, en 1768, sa petite corvette, Liberty, fut saisie et il fut accusé de contrebande. Il fut alors défendu par John Adams, qui deviendra plus tard le 2e président des États-Unis, et le procès fut classé sans suite.

Le royaume britannique était alors confronté à de lourds problèmes de trésorerie et
le roi George III décida d'augmenter fortement les taxes commerciales à l'encontre des colonies. Le thé, l'un des produits dont la taxe était la plus exorbitante, était devenu un point de discorde symbolique entre la métropole et ses colonies. Hancock organisa un boycott du thé de Chine vendu par la Compagnie anglaise des Indes orientales dont les ventes dans les colonies passèrent de 145 000 kg (320 000 livres) à 240 kg (520 livres).

À partir de 1773, la Compagnie avait d'importantes dettes et d'énormes stocks de thé, mais peu de possibilités de les écouler, à cause de la contrebande qui échappait aux taxes. Le gouvernement britannique fit alors passer
le Tea Act qui autorisait la Compagnie à vendre du thé aux colonies sans payer les taxes, cette mesure lui permettant de vendre son thé moins cher que les autres importateurs et que les contrebandiers. Elle provoqua la ruine des marchands indépendants et la colère des Américains. À New York, des affiches de The Alarm sont placardées. Elles critiquent l'East India Company et militent en faveur des libertés américaines. John Dickinson appelle au boycott de la compagnie et les marins qui débarquent le thé sont passés au supplice du goudron et des plumes. Les bateaux transportant du thé étaient refusés dans la plupart des ports américains, mais la Compagnie des Indes orientales tente de débarquer du thé avec le soutien du gouverneur et de l'armée.

Le 16 décembre 1773, 60 Bostoniens nommés
Les Fils de la liberté grimpèrent à bord des trois navires (le Dartmouth, le Eleanor et le Beaver) costumés en Amérindiens de la tribu des Mohawks, car ils suscitaient la terreur à cette époque. Silencieusement, entre 18 et 19 heures, ils ouvrirent les tonneaux et ils jetèrent 342 caisses par dessus bord, puis ils les refermèrent pour les remettre à leur place, vides.

Rien ne fut volé ou détruit intentionnellement, hormis les 45 tonnes (90 000 livres) de thé, d'une valeur de 10 000
livres sterling.

Cet événement suscita de nombreuses réactions de la part de personnalités de la métropole et des colonies. Par exemple, Benjamin Franklin maintint que le thé détruit devait être remboursé et proposa de le faire avec son propre argent. Le gouvernement britannique répliqua en fermant le port de Boston. Le Boston Tea Party fut l'un des évènements symboliques de la Révolution américaine et annonça la Guerre d'indépendance américaine. La Compagnie résolut ses problèmes financiers causés par le thé en vendant de l'opium produit en Inde à la Chine.

Comme Glenn Beck (
un dangereux terroriste, selon Richard Têtu) l’explique dans cette vidéo devant les quelques 20 000 participants à Alamo, ces manifestations ne sont pas à propos des démocrates ou des républicains, c’est à propos du droit du peuple à avoir un gouvernement responsable. C’est le cri de ralliement de la liberté, de la quête du bonheur, du droit du peuple à disposer de lui-même sans entrave étatique et du rêve américain dans sa plus merveilleuse puissance. Sinon, pourquoi est-ce que dans cette manifestation, on brandissait le drapeau américain, le drapeau libertarien et d’autres types de drapeaux que je ne connais pas, hein? Ce n’est pas dans le p’tit Québec gangrené par le socialisme que l’on risque de voir surgir une semblable manifestation de résistance populaire contre la tyrannie illégitime de l’État. Comme quoi, il y a encore de l’espoir aux États-Unis, et ce, même si quelques médias biaisés, (toussotement) CNN (toussotement), avait une couverture médiatique assez biaisée du Tea Party de Chicago.

Dépêchez-vous d'aller voir ça avant que la vidéo soit censurée par Youtube! Hé oui, il y en a une qui a déjà été effacée à la demande de CNN en lien avec cet événement! Barack Obama donnerait-il des ordres aux journalistes pour commander la presse pour éviter que l’on remette en question ses politiques key-key-key-keynésiennes qui sont en train de mettre les États-Unis dans le trou encore plus que ne réussit à le faire la guerre en Irak? Censurer la presse est ANTI-CONSTITUTIONNEL aux États-Unis. La Cour suprême a déjà déclaré inconstitutionnel la National Recovery Administration, parce que le Congrès donnait trop de pouvoirs au président en vertu de cette loi.

Voici d’ailleurs
un autre cas avec Richard Nixon!

Donc, si les faits sont bien présentés, la Cour suprême dirait que le président contrôle trop la presse à son avantage et qu’il viole ainsi plusieurs amendements de la Constitution.

Pourquoi est-ce que je dis qu’Obama est derrière la censure de la première vidéo de Youtube sur le reportage biaisé de CNN entourant le Tea Party de Chicago? Parce que CNN est la propriété de Ted Turner, un ami de l’ancien vice-président Al Gore qui est maintenant conseiller du président Barack Obama. C’est le même Ted Turner qui a financé le film catastrophiste de Gore sur le soi-disant réchauffement planétaire et qui est maintenant président de la United Nations Foundation, après y avoir fait une obole de 1 milliard $ pour financer le GIEC. Comme quoi des scientifiques, ça s’achète avec de l’argent vert! Ça fait pas mal de circonstances parallèles où l’impérialisme environnementeur écrase la démocratie. CNN est d’ailleurs un média propagandiste qui prend ses ordres directement de la Maison-Blanche.

Quand j’ai vu le reportage de CNN et surtout comment la journaleuse disait que tous ces cols rouges en colère étaient tous des extrémistes et des anti-CNN, je n’en revenais tout simplement pas. Elle a tout fait pour ridiculiser ces gens-là, surtout en prenant un simple citoyen avec son enfant dans ses bras qui, de toute évidence, n’était pas vraiment à l’aise de se faire interviewer comme ça à l’improviste. Elle avait choisi le type, c’est certain. C’est exactement comme au Québec. Quand on critique un tant soit peu la façon dont les politiciens agissent ou les institutions de l’État-providence, tous autant dépensiers, socialistes et étatistes les uns que les autres, on est d’extrême-droite, haineux, raciste et, à la limite, néo-nazi, fasciste, ultra-chrétien, ultra-conservateur et….adéquiste. Telle est la façon dont Radio-Poubelle-Cadenas et les médias branchés sur les subventions de l’État interprètent les événements un tant soit peu à droite! En passant, Radio-Poubelle-Cadenas rapporte souvent les nouvelles présentées à CNN quand il s’agit de parler de ce qui se passe à l’étranger. On voit bien leur schème de penser.

Cette mer d’incompréhension chez nos élites (journalistes, politiciens, bureaucrates, diplômés en Sciences humaines qui se retrouvent souvent à devenir profs et à répéter les mêmes clichés deviennent…journalistes) qui croient tout savoir avec des clips de 15 secondes comment le monde est et fonctionne est vraiment très gigantesque. Comment ces gens peuvent-ils être si aveugles? Pourquoi quand les zartisss, les socialistes et les autres gau-gauchistes étatistes manifestent dans la rue et qu’ils cassent tout sur leur passage, ces élites présentent la nouvelle comme étant une révolte justifiée «par des décennies et des siècles d’exploitation», hein? Pourquoi quand le simple peuple manifeste calmement contre les abus du pouvoir et le versement de fonds publics à des lobbys, ces mêmes élites dépeignent alors la scène comme étant des révoltes de droite «motivées par la xénophobie et la haine», hein? Aidez-moi, je ne comprends pas, là!

N’en déplaise à certains, la liberté aux États-Unis n’est pas une invention des républicains, ni des démocrates! C’est une invention des Pères fondateurs qui ont donné à leur peuple les moyens de vivre leur vie comme il l’entendait et c’est ça, la liberté et la quête du bonheur. C’est ça, le rêve américain. Bush l’a détruit et Obama ne fait guère mieux que son prédécesseur.

La journaleuse ne comprenait manifestement pas comment de simples cols rouges ont pu se rassembler sans être affiliés à Fox News ou à l’extrême-droite. Elle est restée complètement incrédule quand une femme lui a répondu que c’est tout simplement grâce à Internet qu’ils ont fait le rassemblement et qu’ils ne sont pas backés par des groupes officiels. Dans tes dents, la journaleuse! Au fait, voici ce qu’avait à dire la femme en question dans une lettre qu’elle a envoyé à CNN!



I am the woman scolding the reporter in the video for her ridiculous confrontation with the protesters, and her biaised reporting. Something that all of us conservatives must remember is that the left-wing media will do whatever it takes to marginalize us, degrade us, and disenfranchise us. Although I didn't know that a blogger was videotaping the whole thing, I am glad that he did. I'm also glad that this video has gained so much exposure on Fox News and the Internet. All of us conservatives must continue to educate ourselves on the media lies and distortions, and we MUST stay informed on what the government is doing to us. When our liberal friends and relatives accuse us once again that we didn't complain when Bush was overspending and piling up debt, we must answer them. I routinely remind liberals that the Obama administration isn't just doing what Bush did, he's quadrupling what Bush did! I didn't agree with the debt we were piling up during the Bush years, but we were recovering from 9/11 and we were fighting two wars. Obama's spending is for entitlements, socialization of our country and economy, and he's falsely using the financial crisis to fundamentally change our country.

The mainstream media is helping Obama with this mission. Their corruption is astounding. That CNN reporter zeroed in on one guy who was holding up an offensive sign depicting Obama as Hitler, and she chose to interview him first. I personally believe that man was an ACORN plant, and it wouldn't surprise me if CNN knew that. My beef with her after she got done interviewing him and the gentleman with the baby, was that she was distorting what the majority of us were doing. She had an agenda that had to be confronted. She also showed extreme disrespect for the man with the baby, who was an honest man trying to explain his point of view. And to top it off, she accused me, and others, of being sent to the rally by some organized group and Fox News....as if she couldn't believe that we were just Americans expressing our freedom of speech and disgust with government overspending. On top of this, Anderson Cooper, Keith Olbermann and Rachel Maddow spent a week prior to the protests denigrating us by comparing us to a sexual act that they probably invented! So much for Obama's promise of hope, change, and bringing the country together. There's more division, hatred, and vitriol now than there ever was during the Bush years. And that division was a hard act to follow. This is what Obama has wrought with the help of the media.

Lastly, that CNN reporter represented something really vulgar and disgusting about the mainstream media in today's world. They are supposed to be the voice of the people...the watchdogs....the check on the government's over-reaching. They are not supposed to be the shill for the government they want. And that is what they have become. Cheap, vulgar shills.



En passant, contrairement à CNN et à sa journaleuse, ni Fox News, ni Glenn Beck, ne prétendaient rapporter la nouvelle. C’est évident. Fox News en faisait la promotion car, étant traditionnellement conservateur, cette station se rallie de plus en plus vers les points de vue libertariens. Personnellement, je me réjouis que les libertariens commencent à avoir voix au chapitre et que l’idée que le gouvernement prend trop de place dans nos vies commence à faire du chemin. Mercredi, les Américains sont allés manifester pour dire qu’ils en ont assez des politiques des deux grands partis. Ils sont finalement réceptifs à d’autres idées. La gauche a toujours clamé que la dissension est la meilleure forme de patriotisme. Ces manifestions ne sont pas anti-américaines. Elles sont anti-establishment. Elles sont le patriotisme à son meilleur.

Les Américains ont commencé à réaliser que les deux partis sont du pareil au même. Ils ont élu Obama parce qu’il promettait du changement. Ils se rendent compte maintenant que ce n’était que pour gagner les élections. C’est pour ça qu’ils étaient dans la rue mercredi. La rue n’appartient pas uniquement à la gau-gauche. Elle appartient à tout le monde et, dans ces manifestions, il y avait autant de pancartes anti-démocrates que de pancartes anti-républicaines. Ce n’était pas seulement un sentiment anti-démocrate. Les gens ne sont pas stupides. Ils se rendent bien compte qu’ils se font manipuler. Plusieurs politiciens républicains ont demandé à faire des discours dans les rassemblements et ils ont TOUS été rabroués. Les organisateurs des Tea Parties ont dit que c’était au tour des citoyens de s’exprimer et aux politiciens d’écouter. Aucun politicien, qu’il soit républicain ou démocrate, n’a monté au podium. Même Ron Paul n’a pas prononcé de discours ce jour là.

Pour ceux qui disent que ça aurait été différent avec John McCain comme président, détrompez-vous! Cet innocent voulait racheter les hypothèques des gens vivant au-dessus de leurs moyens. Aux États-Unis, les gens commencent à se rendre compte que les propos de Ron Paul ne sont pas si farfelus que ce que les médias pouvaient en dire. Ils commencent à réaliser que leur gouvernement fédéral outrepasse de loin son mandat tel que défini par la Constitution. Glenn Beck n’est pas le seul à suggérer que si le gouvernement fédéral continue sur cette lancée, les États n’auraient pas d’autres choix que de reprendre leur souveraineté. C'est la nature des choses. Ce n’est pas par anti-américanisme, mais bien pour voir le gouvernement fédéral retourner à son véritable rôle.

C’est un mouvement qui prend de plus en plus d’ampleur aux États-Unis. Il n’y a pas si longtemps, les libertariens passaient pour des illuminés et leurs chances de se faire entendre étaient presque nulles ou alors, ils devaient aller dans des rassemblements conservateurs pour faire entendre leur voix. Maintenant, on voit de plus en plus de penseurs libertariens, comme Ron Paul, Lew Rockwell, Peter Schiff et Andrew Napolitano sur les ondes. Jamais les idées libertariennes n’ont été aussi populaires. À mon avis, il était à peu près temps. Je ne peux qu’espérer que ça commence à se répandre ici, au Québec.

Alors, VIVE LES TEA PARTIES!

VIVE LA LIBERTÉ!

VIVE LA QUÊTE DU BONHEUR!

VIVE LA RÉSISTANCE POPULAIRE!

VIVE LE RÊVE AMÉRICAIN!

VIVE LES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE QUI NOUS MONTRENT UNE FOIS DE PLUS LA VOIE À SUIVRE!

VIVE LA RÉVOLUTION LIBERTARIENNE!

«This Land Is Your Land», chantaient Bruce Springsteen et Pete Seeger! Les Américains les prennent au mot et commencent à reprendre possession de leur pays contre la dictature étatique. Je ne peux que me réjouir devant un tel spectacle et devant une telle démonstration de force populaire.

Les Pères fondateurs, Barry Goldwater et Ronald Reagan sont toujours vivants. J’en pleure de joie.

6 commentaires:

  1. Pleinement d'accord. Il faudrait abolir aussi toutes les lois contre la pédophilie. C'est pas au gouvernement à décider avec qui je dois coucher. Fini les règlements sur la décence publique. J'ai le droit de me promener tout nu si je veux.

    Gaston Lemoyne-Allaire

    RépondreSupprimer
  2. Les libertariens sont un groupe extrêmement dangereux. Sans État nous serions des bêtes sauvages encore. La coercision force l'humain à devenir civilisé sous menace de représailles, la meilleure façon d'avoir l'obéissance que l'on connaisse. Je suis donc pleinement d'accord avec le socialisme (à défaut de pouvoir être pleinement communiste ou faschiste) pour nous éviter le gouffre de l'anarchie dans lequel nous plongerais la réduction de l'État et une philosophie axé sur la liberté individuelle.

    RépondreSupprimer
  3. Ce genre de commentaires avec autant de clichés anti-individus que je reçois est assez rare. Vous devez être un insécure qui a besoin du gouverne-maman pour vous montrer la voie à suivre.

    L'Homme est assez intelligent pour penser par lui-même. La société que vous rêvez (communiste fasciste), c'est une dictature sanguinaire qui tue tous les portes-étendards de la moindre dissidence.

    Je n'en veux pas pour tout l'or du monde.

    Malheureusement, j'ai l'impression que vous représentez 85% et plus de la nation québécoise, cette nation de pleutres et de lâches qui n'a même pas eu les couilles de prendre en main sa liberté politique quand on lui offre démocratiquement, et ce, par deux fois, et qui se drape dans des théories gau-gauchistes étatico-totalitaro-communistes pour bien paraître devant l'élite syndicalo-plateausarde qui contrôle le Québec par en-arrière.

    RépondreSupprimer
  4. La liberté ne doit pas exister seulement par rapport à l'État mais aussi par rapport au secteur privé dont la bureaucratie n'a rien à envier à celle du gouvernement.

    Antoine

    RépondreSupprimer
  5. Ouais, c'est le privé qui a montré au public comment être croche.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis contre les démonstrations qui ressembleraient au premier Tea Party, où l'on jette dans le lac des biens de consommation dans un but terroriste. Mais on ne peut être contre des manifestations d'opinion actuelle. La seule chose, c'est que cet opinion n'est pas partagé par la population en général.

    "L'Homme est assez intelligent pour penser par lui-même. La société que vous rêvez (communiste fasciste), c'est une dictature sanguinaire qui tue tous les portes-étendards de la moindre dissidence."

    C'est étrange, ton interlocuteur te soulignait dans son texte qu'il n'était pas du genre à appuyer le communisme ou le fascisme.

    L'Homme a besoin d'être guidé, puisqu'il est surspécialisé. C'est normal; notre mode de gestion social passe par le fait que nous ne pouvons pas tout savoir. C'est l'assomption qui fait que le marché fonctionne et que l'on vit plus heureux avec un minimum de présence étatique (mais pas trop).

    Exemple: Lors d'un entretien chez le médecin, celui-ci vous donne un diagnostic, vos symptômes, le nom de votre maladie. Devrait-il vous donner le choix entre plusieurs traitements ou utiliser son expérience, ses observations et son expertise pour vous aider à trouver le meilleur traitement dans votre cas?

    Dans ce cas-ci, l'Homme a effectivement l'intelligence de prendre une décision, mais il fait confiance en un opinion externe pour prendre ce qui risque d'être la meilleure décision.

    Je ne dis pas que le choix n'est pas important, mais je souligne que ce n'est pas vrai que les Hommes sont assez intelligents pour faire TOUS les choix qui s'offrent à eux et de prendre les meilleures décision, parce qu'ils ne sont pas assez spécialisés dans tous les domaines.

    RépondreSupprimer