mardi 23 novembre 2010

Sans confiance et sans fierté, oubliez l'indépendance!!!












Par manque de temps, je n’ai pas encore parlé du quinzième anniversaire du référendum de 1995!!!

Ceux et celles qui me suivent depuis le tout début de mon aventure blogosphérique le savent très bien, je suis souverainiste!!! À l’époque du référendum de 1995, mes parents trempaient dans le milieu indépendantiste, depuis l’échec de l’Accord du Lac Meech!!!

Durant la campagne référendaire, ils avaient participé à une manifestation du camp du OUI et ils m’avaient emmené avec eux, pour que je puisse voir ça de mes yeux vus!!! J’avais 7 ans, à l’époque, et je ne comprenais pas trop tout ce qui se passait, mais je savais que j’assistais à quelque chose de grandiose!!!

Je n’avais pas d’opinion là-dessus, jusqu’à ce qu’un groupe de monarcho-fédérastes enragés vienne braver les manifestants du OUI, dont mes parents!!! L’un d’entre eux m’a, alors, craché en pleine face!!! C’est ce jour-là que je suis devenu, réellement, souverainiste et que je me suis dit que mes parents se battaient pour la bonne cause et que, si le OUI devait perdre le référendum, je continuerais la lutte pour l’indépendance du Québec, mais, à ma façon
!!!

Quinze années ont passé et je n’ai jamais changé d’idée là-dessus!!! Je suis toujours souverainiste et je resterai, sûrement, toujours souverainiste!!!

À une époque où les francophones sont, de plus en plus, minoritaires au Québec, principalement sur l’île de Montréal, dans ses banlieues et sur l’île de Laval, où la Cour suprême du Canada charcute, sans cesse, notre Charte de la langue française et où le gouvernement québécois, qui est supposé défendre cette Charte qui est si vitale pour la survie de notre langue, a décidé de l’abolir, afin d’instaurer le bilinguisme institutionnel, dans notre système public d’éducation, une absurdité qu’aucune autre société occidentale n’a été assez stupide pour faire, où même l’abolition du pouvoir fédéral de dépenser dans les champs de compétence des provinces ne changerait rien et où les grandes décisions internationales se prennent dans un monde qui est, de plus en plus, globalisé, l’indépendance du Québec me semble être plus pertinente et elle me semble être, aussi, plus nécessaire que jamais!!!


Mais, j’ai beau être souverainiste et j’ai beau vouloir l’indépendance politique de notre pays du Québec, et ce, de toutes mes forces, je ne suis pas stupide, non plus!!!

Actuellement, le Québec est une société qui est sclérosée, qui n’a plus aucune confiance en ses institutions et en la fonction de politicien, qui n’a plus aucune fierté envers elle-même, qui est plongée dans la corruption jusqu’aux oreilles, le tout avec un gouvernement qui est, lui-aussi, corrompu et qui rit d’elle en pleine face, et une société qui est, aussi, sur le point de frapper un mur, à cause de la prochaine implosion de son déficit gargantuesque qui pèse au-dessus de sa tête et au-dessus de celle de ses enfants qui se retrouveront, bientôt, dans une société de p’tits vieux, dû à l’inversion de la pyramide des âges, au vieillissement de la population (le «papy boom») et à un ingrat taux annuel de la croissance de la population de 0,7%, en moyenne, au cours des 20 prochaines années, et il sera même de 0,5%, au cours des quatre dernières années de la période qui a été analysée par le Conference Board!!!

Ces mêmes enfants du Québec devront, également, cotiser à la RRQ, et ce, toute leur vie, mais sans rien attendre en retour, puisque la caisse de la RRQ sera vide en 2037!!! J’aurai, alors, 49 ans!!!


La dette publique du Québec s'élève à 223 milliards de $ et, si rien n'est fait, elle va passer à 623 milliards de $, en 2030, selon le Conference Board!!! Les dépenses gouvernementales augmentent, d'années en années!!! Si on maintient le système actuel en place, le déficit du Québec va s'élever à 45 milliards de $, en moyenne, par année, à partir de 2030, selon le Conference Board!!! Pour résorber un tel déficit avec la formule du très heureux Raymond Bachand, la TVQ devrait être augmentée jusqu’à 19,5%, ce qui est, tout à fait, irraisonnable!!!

Les coûts de notre système de santé accaparent 43% du budget québécois et ces dits coûts vont passer à 63%, en 2030!!! Dans les 20 prochaines années, la croissance des dépenses va être plus importante que celle des revenus, toujours selon le Conference Board du Canada
!!!

Comme si ça ne pouvait pas aller plus mal que ça, encore, l’attente moyenne, dans les urgences du Québec, est de 17,6 heures et le taux de décrochage scolaire du Québec s’élève à 11,7%, ce qui est le plus haut taux de décrochage scolaire au Canada, selon Statistique Canada!!!

Or, les Québécois se sont engagés dans cette espèce de «déclin tranquille», pour paraphraser l’ancien ministre péquiste François Legault, «dans la résignation et dans l’indifférence»!!!



Lorsqu’on observe la situation actuelle, nous dit l’ancien ministre péquiste Jacques Brassard, on comprend pourquoi que René Lévesque ait pu être aussi dubitatif!!! Il nous connaissait bien. Il était clairvoyant. De nos jours, en effet, on ne peut pas vraiment dire que nous sommes «quelque chose comme un grand peuple»!!! Le peuple québécois est, actuellement, déboussolé, oublieux, de plus en plus, de ses racines, incapable d’assumer pleinement son avenir, envahi par l’indifférence, face à la résurgence des périls linguistiques, infecté par des virus idéologiques (écologisme, pacifisme, palestinisme, alter-mondialisme, etc.), empêtré dans le multiculturalisme délétère, souffrant d’une grave addiction à l’étatisme, de plus en plus marginalisé sur le plan politique, au sein du Canada, et davantage porté à considérer le patriotisme comme étant une vieillerie dérisoire!!!

Comment voulez-vous construire un pays avec ça, vous, hein??? Je vous le demande
!!!

Il faut être réaliste, si, demain matin, un référendum sur l’indépendance du Québec, référendum qui reprendrait la même question que celle de 1995, était déclenché, le camp du OUI le perdrait d’aplomb et son résultat serait, sans doute, pire que celui qu’il a récolté, en 1980, soit 40,44% des votes!!! Pour le moment, les Québécois ne veulent pas de référendum et moi non plus, d’ailleurs!!! Ils seraient même prêts à remettre les libéraux au pouvoir, si le PQ promettait, aux prochaines élections québécoises, de tenir un référendum, «le plus rapidement possible, dans le premier mandat», tel que le stipule l'article no. 1 du PQ, alors que le Québec ne survivrait pas, selon moi, à un quatrième gouvernement consécutif de John-James Charogne!!!

N’en déplaise aux purs et durs de l’indépendance qui ont des fourmis dans les jambes et qui ne peuvent plus attendre le moment opportun, faire un référendum que l’on est sûr de perdre, dans des conditions qui sont aussi peu favorables au camp du OUI, que présentement, et en pleine crise politico-institutionnelle qui est marquée par des allégations de corruption et de collusion qui fusent de partout, le tout avec une probable implosion des finances publiques et du sacro-saint «modèle» québécois et avec un peuple qui a perdu confiance en ses institutions, en ses représentants politiques et en lui-même et qui a perdu sa fierté en tant que peuple, c’est une folie sans nom!!!

Les souverainistes ne peuvent pas se permettre de subir une troisième défaite référendaire, l’idée même de l’indépendance du Québec ne s’en remettrait, sans doute, jamais!!! Les monarcho-fédérastes ne demandent que ça, afin de faire rentrer, pour de bon, le Québec dans le giron canadien
!!! Je demande, donc, aux vrais souverainistes de remettre les purs et durs à leur place, au Congrès péquiste de 2011!!!

Le plan de Pauline Marois sur la gouvernance souverainiste et sur les gestes de souveraineté n’est, peut-être, pas parfait, mais, dans un tel contexte politico-social qui tient compte de la crise linguistique, de la crise de corruption et de collusion, de la crise des finances publiques et de la crise politico-institutionnelle que nous traversons, ces temps-ci, c’est, en mon sens, le moins pire des scénarios!!!


Bien sûr, ce ne sera pas l’indépendance!!! Celle-ci viendra plus tard!!! Mais, avant de proposer au peuple québécois de reprendre en main sa destinée politique, il faut lui redonner confiance en ses institutions qui ont été salies par les libéraux et par leur corruption éhontée!!! Il faut lui redonner confiance, envers la chose politique, envers ses représentants politiques et il faut, aussi, lui redonner confiance en lui-même, afin qu’il puisse retrouver sa fierté en tant que peuple qui est en perdition et dont la langue et la culture sont en voie d’extinction, le tout dans le cynisme le plus total!!!

Ce n’est qu’une fois que le ménage sera fait qu’il sera disposé à écouter, de nouveau, le discours indépendantiste de liberté et à prendre en main son destin!!!

Ce n’est qu’une fois que le ménage sera fait, et pas avant, que la confiance sera rétablie et que la fierté sera retrouvée que l’indépendance sera à la portée de nos mains
!!!



Les allégations de l’entrepreneur en construction Paul Sauvé voulant que la FTQ soit infiltrée par le crime organisé et, notamment, par les Hells Angels, le fait que ce même Paul Sauvé (ou plusieurs personnes du même nom) a (ont) versé un total de 5950$ au PLQ, de 2003 à 2008, selon les données du DGEQ, le cirque des élections partielles dans Kamouraska-Témiscouata, les imbéciles d’habitants de fonds de campagne de cette espèce de paroisse du troisième rang, dans le bas du fleuve, qui se sont laissés endormir par l’arrogance et par la campagne de peur de la candidate libérale «QUE L’ON CONN» et qui vont encore voter pour le parti de la mafia, alors qu'il fait face à un simili-recall qui est très populaire, les pressions indues qu’exercerait Jean-Marc Fournier sur les policiers de l’escouade Marteau et les récents aveux de l’ex-candidat libéral dans Masson, aux élections québécoises de 2008, David Grégoire, n’aident pas à rendre la tâche plus facile!!!


David Grégoire est un blogueur libéral qui est bien connu, sur la blogosphère politique québécoise!!! Je l’ai connu, virtuellement, en 2007, à l’époque de l’Affaire Élodie Gagnon-Martin!!!

Je n’aime pas sa partisanerie libérale crasse et encore moins ses mesquines attaques personnelles anti-péquistes qui sont dignes d’un enfant de 4 ans, mais je ne vois pas trop quel intérêt il aurait à s’incriminer lui-même, car c’est ce qu’il fait, en faisant de tels aveux!!! Donc, je crois qu’il dit la vérité!!!

Benoît Labonté, Marc Bellemare, Martin Drapeau, Serge Ménard, Vincent Auclair, Pierre Reid, Bernard Sévigny, Guy Chevrette et, maintenant, David Grégoire!!! Qui a dit que les whistle blowers ne pouvaient pas être utiles, déjà, hein??? Je me dois de le reconnaître : je ressens une profonde admiration envers eux!!!





Mais,
revenons au sujet du billet!!!






















Un grand projet mobilisateur de développement économique pourrait aider à reconstruire cette fierté et à reconstruire cette confiance, les Québécois étant, historiquement, un peuple de bâtisseurs et non pas un peuple de BS qui attend, bien sagement, son chèque de BS de la péréquation et qui vit aux crochets des autres provinces canadiennes, notamment aux crochets de l’Alberta!!!

Il fut un temps où le Québec était un véritable chantier de projets hydro-électriques et de projets économiques qui étaient, fortement, ambitieux et là, je ne parle pas de cet espèce de vulgaire propagande et de marketing électoral de pacotille qu’est le Plan Nord, dont John-James Charogne s’est servi, aux dernières élections, pour téter nos votes!!!

Je parle de vrais projets qui sont ambitieux, qui sont des porteurs de rêve et qui sont des porteurs d’espoir, de projets qu’on était fier de réaliser et qu’on était fier de voir mis en oeuvre et à lesquels on s’identifiait, mais, aujourd’hui, on n’arrive même pas à construire un hôpital!!!

C’est une vraie honte!!!


Les grands barrages hydro-électriques, la Baie-James, Eastmain-1, la ligne Hertel-Des Cantons, c’est nous qui avons fait ces projets-là et, à l’époque, comme je l’ai dit plus haut, on était un peuple de bâtisseurs!!! Oui, monsieur Charogne, nous étions un peuple de bâtisseurs, avant même que vous soyiez payé par Ottawa et par Paul Desmarais pour venir nous enlever notre fierté et pour vous auto-proclamer comme étant un «grand bâtisseur», le tout dans notre face et à nos frais!!!

Mais, et là, je parle au peuple, essayez de vouloir nous redonner notre fierté, en reprenant là où nous avons laissé, et essayez d’arnacher une rivière, de nos jours, et vous allez avoir les brigades écologistes sur le dos!!! On est en retard de près de 15 ans, dans le développement de notre énergie hydro-électrique, on se fait pomper notre pétrole de la Gaspésie par Terre-Neuve et notre uranium et nos gaz de schiste dorment sous la terre, car on n’y touche même pas!!! À un moment donné, il faudrait, peut-être, penser à se réveiller et penser à voir la réalité en face!!!






C’est en combattant les environnementeurs et en développant nos ressources naturelles que le Québec se sortira de l’état de pauvreté dans lequel l’ont engouffrés ces mêmes environnementeurs!!! Avec le temps et avec le vieillissement de la population, on a appris, grâce aux bien-pensants zartissstiques et aux bien-pensants environnementeurs, que l’argent, c’est quelque chose que l’on reçoit du fédéral, en pillant les dividendes des ressources naturelles de l’Alberta, et non pas quelque chose que l’on crée et que l’on gagne soi-même, le tout à la sueur de son front!!!

Le Québec est devenu un échec économique, mais la grande majorité des Québécois(es) ne le voient pas ou ils ne veulent pas le voir, le tout en s’enfermant dans le passé et en ressassant notre gloire passée, comme on écoute encore, avec nostalgie, les grands succès de Beau Dommage et des Colocs!!! Ces gens-là ne font rien, en agissant ainsi!!! Ils se voilent, tout simplement, la face!!!

Je m’excuse, mais on ne bâtit pas un pays de cette façon-là!!! Un territoire ne peut pas se prétendre être un pays qui est, véritablement, souverain, si il se fait vivre avec l’argent de ses voisins, si il ne remet jamais en question un «modèle» économique qui est sur le point d’imploser et si il opère avec l’argent de ses enfants, ce qui, en passant, constitue un grave crime inter-générationnel, parce qu’il est trop lâche, pour se prendre en main par lui-même!!! Pourtant, c’est ce que le Québec est en train de faire!!! L’indépendance est, comme son nom l’indique, le contraire de la dépendance!!! Il y a un mot pour décrire ça de façon simple et c’est la RESPONSABILITÉ!!!








Faire une telle analyse de la situation et faire une telle critique n'est, peut-être, pas très politically correct, dans le Québec gauchiste, j'en conviens, mais ça ne signifie pas, pour autant, que l’on renie la souveraineté!!! Ça signifie que l’on veut faire l’indépendance, car, pour fair l’indépendance, il faut que le peuple québécois ait confiance en ses institutions, en ses représentants politiques et envers lui-même et qu’il soit fier de lui en tant que peuple!!! Or, ce n’est pas du tout le cas, aujourd’hui!!!

Dès que les crises que nous traversons (corruption, collusion, politico-institutionnelle, finances publiques, «modèle» québécois et linguistique) seront réglées ou dès qu’elles seront en partie réglées, dans le cas, notamment, de la crise linguistique, car, pour la régler complètement, ça prend l’indépendance, là, on pourra parler de terminer le merveilleux projet de société qui a été inachevé et ce projet de société-là, c’est l’indépendance du Québec
!!!


La souveraineté reste souhaitable, nous dit l’ancien ministre péquiste Joseph Facal, mais je ne crois pas qu’un référendum gagnant soit possible, à court terme, à moins d’événements qui seraient imprévisibles!!! Il est contre-productif de prétendre le contraire!!!

Dans l’immédiat, le meilleur service que l’on pourrait rendre au Québec est de s’attaquer à des chantiers qui sont devenus pressants : les finances publiques, le développement économique, l’éducation, la santé, la langue française, l’identité et, malheureusement, l’éthique publique!!!

Si le Québec se remet en mouvement, si nos concitoyens reprennent confiance en leurs dirigeants et en leurs institutions, il sera, peut-être, possible de se repencher, ultérieurement, sur la question de notre statut politique, mais pas avant
!!!

Maintenant, place à l’Histoire!!!

Ainsi parla le sociologue Mathieu Bock-Côté :

Nous commémorerons, ce samedi (NDLR : le 30 octobre 2010), avec une certaine tristesse, le quinzième anniversaire du référendum du 30 octobre 1995!!! Jamais le Québec n’aura passé plus près de son destin et jamais il n’en a été plus éloigné qu’aujourd’hui!!! Il y a de quoi être morose!!! Il importe, toutefois, de se rappeler celui qui a rendu possible le référendum!!! Il s’appelait Jacques Parizeau.

Il faut revenir aux sources. À l’automne 1987, alors que le souverainisme était agonisant, Jacques Parizeau a entrepris de le réanimer!!! Il l’a conduit jusqu’aux portes du pays!!! Il s’agissait là d’un pari politique comme seuls sont capables d’en faire ceux qui sont animés par des convictions qui sont inébranlables!!!

Il y avait, évidemment, un contexte politique qui était favorable aux souverainistes!!! Le référendum de 1995 représentait le point culminant de l’Histoire récente de la question nationale!!! Il répondait à la trahison du Canada anglais qui avait rapatrié la Constitution, en 1981-1982, le tout sans l’accord du Québec, et qui avait renoncé à réparer sa faute, en reniant l’Accord du Lac Meech!!!

Jacques Parizeau n’était pas seul, non plus!!! Lucien Bouchard a joué un rôle qui a été déterminant, en incarnant la dignité blessée des Québécois qui avaient cru au Canada des deux nations et Mario Dumont représentait ceux qui ne sont pas nécessairement souverainistes, mais qui font le choix du Québec d’abord!!!

Mais, Jacques Parizeau a su saisir le contexte!!! Si, pour obtenir une majorité référendaire, Lucien Bouchard était indispensable, seul Parizeau aurait su quoi faire d’un référendum gagnant, en évitant son détournement vers une nouvelle entente constitutionnelle!!! Seul Parizeau aurait su transformer un OUI en une Déclaration d’indépendance du Québec!!!

Il suffit de lire le troisième tome de la magnifique biographie que Pierre Duchesne a consacré à Jacques Parizeau, pour comprendre le degré de préparation exceptionnel des souverainistes, en 1995!!! Sur les plans diplomatique, financier et parlementaire, Jacques Parizeau avait tout prévu!!! La transition vers l’indépendance n’aurait pas échoué!!!

Les circonstances ne sont plus les mêmes, aujourd’hui!!! La question nationale s’est, profondément, transformée et l’indépendance n’est plus «à la portée de la main»!!! Elle doit, pourtant, demeurer à l’horizon!!! Il faudra, peut-être, un nouveau chemin pour s’y rendre!!! Pour l’instant, nous sommes dans le vague!!!

Mais, l’exemple de Jacques Parizeau mérite d’être médité!!! Un seul homme, volontaire, résolu et déterminé peut changer l’Histoire d’un peuple!!! Si le politicien cherche à suivre l’humeur populaire, l’homme d’État cherche à façonner le destin d’un peuple!!! Jacques Parizeau était de la deuxième catégorie et il n’y trouve pas beaucoup de compagnie
!!!

Un peuple!!! Une Histoire!!!

Bernard Derome (15 novembre 1976) : Radio-Canada, à 8 heures 40 minutes, prévoit que le prochain gouvernement du Québec sera formé par le Parti québécois et que ce gouvernement sera majoritaire!!!

René Lévesque (15 novembre 1976) : Je n’ai jamais pensé que je pourrais être aussi fier d’être Québécois que ce soir!!!

Daniel Lessard (30 octobre 1995) : Monsieur Claude Ryan disait, tout à l’heure, sur nos ondes, que ce qu’il faut, à partir de maintenant, c’est que l’on reconnaisse le Québec, non pas comme étant une «société distincte», mais bien comme étant un peuple!!! Est-ce qu’il y a une volonté, dans le reste du Canada, pour en arriver là???

Stephen Harper (30 octobre 1995) : Monsieur Lessard, moi, j’ai des difficultés avec cette idée!!! J’ai des difficultés avec l’idée d’un peuple dans un peuple!!! Moi, je préfère bâtir une nouvelle Fédération!!!

Or, en 2006, le gouvernement de Stephen Harper a reconnu le Québec comme étant une «société distincte», tout en omettant les demandes de l’Accord du Lac Meech, de même que celles de l’Accord de Charlottetown!!!

Robert Bourassa (22 juin 1990) : Le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement!!!

Jean Duceppe (Saint-Jean de 1990) : Le Québec est notre seul pays!!! Il faudra toujours se rappeler que l’avenir du Québec ne se décidera plus jamais à Terre-Neuve, au Manitoba ou ailleurs!!! Vive le Québec!!!

En 1995, le deuxième référendum sur la souveraineté du Québec a été perdu : 50,6% pour le NON contre 49,4% pour le OUI!!!

Jacques Parizeau (30 octobre 1995) : Hé, on s’est bien battu!!! On s’est bien battu…et nous…!!! On a, quand même, réussi à indiquer, clairement, ce que l’on voulait!!! Pis on a raté par une petite marge, soit quelques dizaines de milliers de voix!!! Bon, bin, dans cas comme celui-là, qu’est-ce qu’on fait??? On s’crache dans les mains, pis on r’commence!!!

Depuis 1995, le Québec n’a pas refait de référendum sur son indépendance politique, le mot «référendum» étant, maintenant, tabou, au Québec!!!

Seulement 35% des Québécois étaient en faveur de l’indépendance du Québec, en 2008!!!

C’est l’Histoire d’un peuple qui s’est oublié dans les querelles, avec le temps!!!

C’est l’Histoire d’un peuple qui préfère se souvenir, plutôt que de passer à l’action!!!

Jacques Parizeau (30 octobre 1995) : J’aurais bien voulu…!!! J’aurais bien voulu que ça passe!!! J’aurais tellement voulu, comme vous tous, que ça passe!!! On était si proche du pays!!! Bon, bin, c’est retarder un peu!!! Mais, pas longtemps!!! Pas longtemps!!! On n’attendra pas 15 ans, cette fois-là!!! Non, non, non!!!

Ayant opté pour les compromis, le Québec s’est oublié, de nouveau!!!

Jacques Parizeau (30 octobre 1995) : C’est, quand même, beau, ce qui s’est passé!!! De voir, dans les assemblées, l’une après l’autre, ces jeunes dont on disait que, pour eux, «l’avenir de leur pays, ça n’a pas d’importance», et qui venaient, en étant, de plus en plus, nombreux, en disant que, «le pays, on veut l’avoir», et tant que les jeunes penseront comme ça, on l’aura, le pays!!!

Pierre Bourgault (campagne référendaire de 1980) : Il avait fallu 300 ans, pour en arriver là!!! Où l’on voit que le mouvement part de loin!!! Où l’on voit qu’il en a fallu, du courage et de la persévérance, pour en arriver là!!! Ce mouvement qui s’ancre si profondément, dans notre Histoire, et qui continue, aujourd’hui!!! Imaginez-vous, maintenant, si nous avions un OUI!!!

Aujourd’hui, le français est, de plus en plus, minoritaire, au Québec, la Loi 101 étant inconstitutionnelle, selon la Cour suprême du Canada!!!

Jacques Parizeau (30 octobre 1995) : C’est vrai que l’on a été battu, mais, au fond, par quoi, hein??? Par l’argent pis des votes ethniques, essentiellement!!! Alors, ça veut dire que, la prochaine fois, au lieu d’être 60% ou 61% à voter OUI, on sera 63% ou 64%, pis ça suffira, c’est tout!!!

L’argent

Le 29 mai 2007, le rapport du juge Grenier sur Option-Canada conclut que «Option-Canada et que le Conseil de l’unité canadienne ont dépensé, illégalement, environ, 539 000$, durant la période référendaire du mois d’octobre 1995»!!!

Lors du référendum de 1995, Jean Chrétien a promis un statut de «société distincte», pour le Québec, une promesse qu’il ne tiendra jamais!!!

Les votes ethniques

En 1995, 90% des allophones du Québec ont voté pour le camp du NON!!!

En ce qui concerne les fameux votes ethniques, plusieurs nouveaux arrivants du Québec, soit plus de 50 000, ont reçu une acceptation qui a été accélérée, au niveau de leur citoyenneté canadienne, par le gouvernement fédéral, et ce, juste avant la date du scrutin!!!

En 2009, les allophones représentaient plus de 20% de la population du Québec!!! Bon nombre d’entre eux se disent, ouvertement, Québécois!!!

C’est l’Histoire d’un peuple qui apprend à se redéfinir, mais qui, pour l’heure, hésite à prendre son indépendance en main!!!

Pierre Falardeau : D’autre part, un Québécois, c’est quelqu’un qui décide qu’il l’est, quel que soit sa langue, son origine ethnique, la couleur de sa peau, d’où c’qui vient, j’m’en fous!!! Tsé, sociologiquement, ça existe, le peuple québécois, estie!!! Ça existe!!! C’pas d’ma faute à moé, si c’est pas beau!!! Mais, tsé, des Québécois, y’en a de toutes les caliss d’origines!!! Moé, chu d’origine française, pis y’a des Irlandais, des Allemands, du monde partout qu’on a rentré dans notre gang!!! Pis ceux qui veulent rentrer dans notre gang, y sont les bienvenus!!! Pis ceux qui veulent pas, j’l’ai haïs!!!

Encore Pierre Falardeau : Mais, faire l’indépendance, c’est ça, c’est tough, aussi!!! Ça prend du monde qui est décidé!!! C’est pas facile, l’autre bord, y vont essayer de nous squeezer!!! Mais, c’pas grave, ça, s’faire squeezer!!! Celui qui gagne, c’est celui qui s’tanne en dernier!!!

Pierre Bourgault : Alors, tant qu’on ne se tient pas debout, face à ces gens-là qui sont nos ennemis et ils ont le droit d’être nos ennemis et ils ont le droit de voter comme ils votent et il n’y a personne qui n’a jamais prétendu le contraire, mais on a le droit de critiquer leur vote, comme ils ont, aussi, le droit de critiquer le nôtre!!! Ils nous traitent de fous, parce que l’on vote séparatiste, mais, nous, on ne va pas leur dire que, quand ils votent fédéraliste, c’est parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font!!! Qu’est-ce que c’est que cette affaire-là, là???

C’est une histoire qui est à suivre, jusqu’à la prochaine fois

René Lévesque (20 mai 1980) : Si je vous ai bien compris, vous êtes en train de dire : «À la prochaine fois!!!»
!!!

2 commentaires:

  1. "Je n’avais pas d’opinion là-dessus, jusqu’à ce qu’un groupe de monarcho-fédérastes enragés vienne braver les manifestants du OUI, dont mes parents!!! L’un d’entre eux m’a, alors, craché en pleine face!!! C’est ce jour-là que je suis devenu, réellement, souverainiste et que je me suis dit que mes parents se battaient pour la bonne cause et que, si le OUI devait perdre le référendum, je continuerais la lutte pour l’indépendance du Québec, mais, à ma façon!!!"

    Morale de l'histoire: toujours respecter les opinions des autres sinon ça finit toujours par nous retomber dessus.

    RépondreSupprimer