jeudi 28 juillet 2011

L'escroquerie de la finance islamique!!!







































Les deux textes qui suivent traitent de la finance islamique, un enjeu dont on n’entend pas souvent parler, dans nos bons médias biaisés!!! Le premier texte a été écrit, par Daniel Pipes, un journaliste américain et un expert du monde musulman, tandis que le deuxième texte a été écrit, par Tarek Fatah, un chroniqueur du National Post!!!

Bonne lecture
!!!

***********

Selon Timur Kuran, alors titulaire de la Chaire «King Faisal Professor of Islamic Thought and Culture» de l’Université de la Californie du Sud, l’économie islamique a échoué, dans ses trois objectifs : abolir l’intérêt, engendrer l’égalité économique et établir une éthique commerciale qui est supérieure!!!

Sciences économiques islamiques?, par Daniel Pipes

Sans que le monde extérieur en prenne vraiment conscience, une quantité d’argent qui est importante et qui est en rapide croissance est gérée, aujourd’hui, en suivant la loi islamique, soit la Charia!!! Selon une étude, «à la fin de l’année 2005, plus de 300 institutions de plus de 65 juridictions géraient des actifs d’une valeur globale de l’ordre de 700 milliards de $, à un billion de dollars, d’une manière compatible, avec la Charia»!!!

L’économie islamique prend une ampleur qui est, de plus en plus, incontournable, grâce à une profusion de portefeuilles d’exportateurs de pétrole et à une multiplication d’instruments financiers islamiques, tels que des emprunts qui sont sans intérêts et des obligations sukuk!!! Mais, à quoi rime tout ça, hein??? Les instruments qui sont conformes, à la Charia, peuvent-ils concurrencer l’ordre financier international??? L’instauration d’un régime économique islamique va-t-il vraiment de pair, comme l’affirme un enthousiaste, avec la fin de l’injustice, grâce à «l’intervention de l’État, pour le bien de tous»???

Pour comprendre ce système, le meilleur point de départ est «Islam and Mammon», un brillant ouvrage que Timur Kuran a écrit, alors qu’il occupait (paradoxalement, vu le soutien saoudien, à l’économie islamique) la Chaire «King Faisal Professor of Islamic Thought and Culture» (Pensée et culture islamiques) de l’Université de la Californie du Sud!!!

Kuran, qui enseigne, actuellement, à Duke University, estime que l’économie islamique ne remonte pas à Mahomet, mais qu’elle est, plutôt, une «tradition qui a été inventée» et qui a émergé, en Inde, dans les années 1940!!! La notion de discipline des sciences économiques «qui serait, clairement et ouvertement, islamique est très récente»!!! Il y a encore un siècle, même les plus savants des musulmans auraient été interloqués, par l’«économie islamique»!!!

L’idée a été forgée, à l’origine, par un intellectuel islamiste : Abul Ala Maududi (1903-1979), pour qui l’économie islamique servait de moyen, vers de nombreuses fins, telles que minimiser les relations, avec les non-musulmans, renforcer le sentiment collectif d’identité musulmane, étendre l’Islam, dans un nouveau domaine de l’activité humaine, et moderniser, sans occidentaliser!!!

Les sciences économiques islamiques ont pris leur essor, en tant que discipline universitaire, vers la moitié des années 1960!!! Elles ont bénéficié d’un élan institutionnel, pendant le boom pétrolier des années 1970, lorsque les Saoudiens et d’autres musulmans exportateurs de pétrole qui entraient, alors, pour la première fois, en possession de fortes sommes d’argent, ont apporté un «vaste soutien», au projet!!!

Les partisans de l’économie islamique avancent deux fondamentales propositions : le système capitaliste a échoué et l’Islam fournit la solution, à cet échec!!! Pour évaluer cette dernière assertion, Kuran se penche, avec beaucoup d’attention, sur le fonctionnement concret de l’économie islamique et sur ses trois principales affirmations, à savoir qu’elle abolit l’intérêt, sur l’argent, qu’elle engendre l’égalité économique et qu’elle établit une éthique commerciale qui est supérieure!!! Sa conclusion est qu’elle échoue, totalement, à ces trois niveaux!!!

Nulle part, l’intérêt n’a disparu des transactions économiques et l’islamisation économique ne bénéficie, nulle part, d’un soutien massif, nous dit-il!!! Les opérations qui sont exotiques et qui sont complexes de participation, aux pertes et aux profits, comme «ijara», «mudaraba», «murabaha» et «musharaka», font toutes intervenir des paiements d’intérêts qui sont déguisés!!! En fait, les banques qui se prétendent islamiques «ressemblent, davantage, aux autres instituts financiers modernes qu’à un quelconque héritage de l’Islam»!!! Bref, il n’y a, pratiquement, rien d’islamique, dans les pratiques bancaires islamiques, ce qui explique, en grande partie, pourquoi Citibank et d’autres grandes banques occidentales détiennent des dépôts qui sont conformes à l’Islam et qui sont beaucoup plus considérables que les banques qui sont, spécifiquement, islamiques!!!

L’ambition de réduire les inégalités, en imposant la zakat, n’a réussi «nulle part»!!! Kuran estime que cet impôt «ne génère pas nécessairement un transfert de ressources, vers les pauvres, et qu’il peut même, en fait, conduire, à un transfert de ressources qui est négatif, pour eux»!!! Pire, encore : en Malaisie, l’imposition de la zakat, qui est supposée aider les pauvres, semble, plutôt, servir de «prétexte qui est fort et qui est commode, pour promouvoir des objectifs islamiques et pour enrichir les responsables religieux»!!!

«Le nouvel accent qui est porté, sur la morale économique, n’a eu aucun sensible impact, sur les comportements économiques», en raison du fait que, comme c’est le cas, dans le socialisme, «certains éléments du programme économique islamique sont contraires, à la nature humaine»!!!

Kuran rejette la notion même de sciences économiques islamiques!!!

Il n’existe pas, nous dit-il, de manière, spécifiquement, islamique de construire un bateau ou de défendre un territoire ou de guérir une épidémie ou de faire des prévisions météorologiques, alors, que vient faire l’argent, là-dedans??? Il conclut que l’importance de l’économie islamique réside, non pas dans l’économie, mais bien dans l’identité et dans la religion!!! Ce projet, nous dit Kuran, a promu la propagation de courants de pensées anti-modernes, dans l’ensemble du monde islamique!!! Il a, aussi, favorisé la formation d’un milieu qui encourage le militantisme islamiste!!!

En fait, l’économie islamique contribue, à l’instabilité économique mondiale, en «empêchant les réformes sociales et les réformes institutionnelles qui sont nécessaires, à un sain développement économique»!!! Ainsi, si les musulmans avaient, bel et bien, l’interdiction de verser des intérêts et celle de les facturer, ils seraient relégués, «dans la marge de l’économie internationale»!!!

Bref, l’économie islamique ne fournit qu’une insignifiante contribution, aux sciences économiques, mais elle constitue un important et un pernicieux danger politique
!!!

***********

«Les Canadiens ordinaires doivent se poser la question, à savoir : pourquoi les banques canadiennes contribueraient-elles, à cette mascarade!!!»
- Tarek Fatah

Traduction d’une chronique de Tarek Fatah, dans le «Globe and Mail» du 25 janvier 2008

Il semble que c’était, seulement, hier que le premier ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty, a déclaré : «Il n'y aura pas de Charia, en Ontario!!!»!!! Beaucoup d'entre nous, qui ont été les témoins de la nature médiévale de la Charia d’origine humaine, soit les lois de nos pays de naissance, ont poussé un soupir de soulagement, en septembre 2005!!! Nous avons pensé que c'était la fin de la tentative des islamistes de faufiler la Charia, dans une juridiction occidentale!!! Nous avions tort!!!

La campagne qui vise, à introduire la Charia, est de retour!!! La dernière fois, la campagne a pris une approche populiste, en invoquant le multiculturalisme!!! Cette fois-ci, le lobby pro-Charia agite la carotte de nouvelles niches de marché et il bénéficie du soutien des plus grandes banques canadiennes!!! Ces icônes du monde des affaires, comme Citibank NA et HSBC Holdings PLC, ont approuvé la Charia bancaire et elles ont commencé, à offrir des produits financiers islamiques, à une vulnérable population musulmane!!!

En mai 2007, le «Globe and Mail» a rapporté que «plusieurs institutions financières canadiennes préparent des prêts hypothécaires qui sont compatibles, avec la Charia, de même que des produits d'assurance, des permis de taxi et des fonds d'investissement, pour aider, à servir la partie de la population du pays qui connaît la plus forte croissance»!!! Récemment, la section «Affaires» du Toronto Star a indiqué qu'une banque qui n’est pas identifiée pourrait offrir des prêts qui sont conformes, à la Charia, dès cet été!!! «Le Journal de Montréal» a révélé que la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) se préparait, aussi, dans ce sens!!!

Stéphanie Rubec, la porte-parole de la SCHL, a dit que la société d'État a lancé un appel d'offres d'une valeur de 100 000$, pour une étude, sur les prêts hypothécaires islamiques, pour les musulmans canadiens!!! Serait-elle inconsciente du fait que presque tous les musulmans canadiens ont, actuellement, des prêts hypothécaires, par l'intermédiaire des banques, et qu’ils n'ont pas l'impression qu'ils vivent, dans le péché??? En fait, la SCHL a franchi une étape supplémentaire : elle a, discrètement, conclu un partenariat, avec une compagnie saoudienne : AaYaan Holdings, pour développer des systèmes de prêts hypothécaires qui sont compatibles, avec la Charia!!!

L'origine des banques islamiques a ses racines, dans les années 1920, mais elle n'a pas commencé, avant la fin des années 1970, et elle doit beaucoup de sa fondation, à la doctrine islamiste de deux personnes : Abul Ala Maudoodi de la Jamaat-e-Islami, au Pakistan, et Hassan al-Banna des Frères musulmans, en Égypte!!! La théorie a été mise, en pratique, par le dictateur général pakistanais Zia-ul-Haq qui a établi la loi, sur la Charia bancaire, au Pakistan!!!

Les tenants de la Charia bancaire font reposer leur cause, sur de nombreux versets du Coran qui prohibent l'usure et non pas l'intérêt!!!

Les versets qui traitent de la question des prêts et des dettes comprennent ceci :

Al Baqarah (2:275) : Allah a permis le commerce et il interdit l'usure ;

Al Baqarah (2:276) : Allah ne bénit pas l'usure et il fait fructifier l’aumône, pour prospérer, et il n'aime pas le pécheur qui est ingrat!!!

Chaque traduction anglaise du Coran a traduit le mot arabe «riba» comme étant l'usure et non pas l'intérêt!!! Pourtant, les islamistes ont, délibérément, dépeint les intérêts bancaires comme étant de l'usure et ils ont étiqueté l’actuel système bancaire comme étant non-islamique!!! Au lieu de ça, les islamistes ont créé des produits qui sont exotiques, avec des noms qui sont étrangers, à une grande partie de la population musulmane du monde!!! C'est là qu’ils cachent l’intérêt, sous le masque de niqab «Mudraba», «Musharaka», «Murabaha» et «Ijara»!!!

Deux auteurs qui sont, tous les deux, des banquiers musulmans seniors ont écrit des acerbes critiques de la Charia bancaire, l’un étiquetant la pratique comme étant, rien de plus, que de la «tromperie» et l'autre préconisant que l'ensemble de l'exercice est «un prétexte, pour faire avancer les objectifs islamiques et pour remplir les poches des responsables religieux»!!! Les Canadiens ordinaires doivent se poser la question, à savoir : pourquoi est-ce que les banques canadiennes contribueraient, à cette mascarade, hein???

Muhammad Saleem est un ancien président et un ancien PDG de la Park Avenue Bank, à New York!!! Auparavant, il était le principal banquier, chez Bankers Trust, là où, entre autres responsabilités, il a dirigé la division du Moyen-Orient et il a servi de conseiller, à une banque islamique qui est basée, au Bahreïn!!! Dans son livre qui est intitulé «Islamic Banking : A $ 300 Billion Deception», monsieur Saleem rejette, non seulement, le principe fondateur de la Charia bancaire, mais il dit, aussi, ceci : «Les banques islamiques ne pratiquent pas ce qu'elles prêchent : elles chargent toutes des intérêts, mais ils sont déguisés, en des habits islamiques!!! Par conséquent, elles se livrent, à de trompeuses et à de malhonnêtes pratiques bancaires!!!»!!!

Un autre expert : Timur Kuran, qui a enseigné la pensée islamique, à l'Université de la Californie du Sud, se moque de l'idée même!!! Dans son ouvrage qui est intitulé «Islam and Mammon : The Economic Predicaments of Islamism», le professeur Kuran écrit ceci : «L’effort qui vise, à introduire la Charia bancaire, a favorisé la propagation de courants de pensée anti-modernes, dans tout le monde islamique!!! Il a, aussi, favorisé un climat qui est propice, au militantisme islamiste!!!»!!!

Des dizaines d'imams et des dizaines de savants islamiques servent, désormais, sur les conseils de la Charia du secteur bancaire!!! Par ailleurs, une nouvelle industrie de conférences et une nouvelle industrie de forums, sur la finance islamique, a vu le jour, ce qui permet, à des centaines de chercheurs et à des centaines de spécialistes de la Charia, de se mélanger, avec les banquiers et avec les économistes de centres financiers, à travers le monde!!! Dans les mots de monsieur Saleem, qui a assisté à plusieurs de ces réunions, ils se rassemblent, «pour s’écouter, les uns et les autres, et pour se féliciter, les uns et les autres, pour toutes les innovations qu'ils font»!!! Il donne des exemples de la façon dont les experts de la Charia s’occupent, seulement, de l'argent qu'ils reçoivent, de la part des banques, et ils sont disposés, à approuver toute transaction où l'intérêt est masqué!!!

Dès que la SCHL a annoncé ses plans, pour étudier les hypothèques qui sont compatibles, avec la Charia, un imam de la mosquée Noor Al Islam de Montréal a offert ses services, aux banques du Canada, en faisant valoir que les musulmans sont opposés, à des hypothèques conventionnelles, car «ça va à l'encontre de leurs croyances», une allégation qui ne tiendrait pas la route, à la suite du moindre examen qui serait attentif!!!

D'autres universitaires qui ont étudié le phénomène ont abouti, à des conclusions qui sont analogues!!! Deux professeurs de commerce de la Nouvelle-Zélande : Beng Soon Chong et Ming-Hua Liu de l'Université de Auckland, dans une étude de octobre 2007, sur la croissance de la finance islamique, en Malaisie, ont écrit ceci : «Seule une portion qui est négligeable du financement, par la banque islamique, est, strictement, basée, sur le partage des profits et sur celui des pertes!!! Cependant, notre étude apporte de nouveaux éléments de preuve qui démontrent que, dans la pratique, les dépôts islamiques ne sont pas sans intérêts!!!»!!!

Ils ont conclu que le rapide accroissement de la banque islamique a été, «en grande partie, alimentée, par la résurgence islamique mondiale»!!!

Au nom de l'Islam, la tromperie et la malhonnêteté sont pratiquées, alors que les musulmans ordinaires sont amenés, à penser que leur interaction, avec les principales banques, est non-islamique et qu’elle est pécheresse!!! Comme le demande monsieur Saleem : «Si les banques islamiques étiquètent leurs hamburger Mecca Burger et si ils utilisent toujours les mêmes ingrédients qu’un hamburger de McDonald, est-ce vraiment différent, en substance???»
!!!

***********

L’économie, selon la Charia, nous dit Alain Jean-Mairet, est un anachronisme qui est hérité d’une époque et d’une civilisation où l’une des principales activités économiques, sinon la principale, était l’esclavagisme, soit le fait de réduire, systématiquement, des gens, en esclavage, puis d’en faire le commerce, le tout dans un contexte où les guerres d’expansion et les pillages étaient considérés comme étant des devoirs religieux, précisément au sens de la loi islamique, soit la Charia!!!

Puis, comme l’ont souligné la Cour constitutionnelle turque et la Cour européenne des droits de l’Homme, la Charia, qui reflète, fidèlement, les dogmes et les règles divines qui sont édictées, par la religion, présente un caractère qui est stable et qui est invariable!!!

La finance islamique (note de JLP : L'islam est la seule religion qui possède une finance qui est spécifique, à sa religion, car on ne parle pas d'une finance chrétienne ou d'une finance juive ou d'une finance hindoue ou d'une finance bouddhiste!!!) est une régression, vers l’obscurantisme, l’effort de croyants qui sont déraisonnables, mais qui sont riches et qui veulent croire, au message de l’Islam!!! C’est une erreur!!!

En passant, le Congrès musulman canadien dit ceci, à propos des services bancaires islamiques :

«Les services bancaires islamiques ne sont rien d’autre qu’un moyen par lequel les islamistes, avec l’appui des institutions financières du Moyen-Orient et de leurs partenaires occidentaux, tentent d’effrayer les musulmans du Canada et de leur faire croire qu’ils doivent débourser plus d’argent, tout en obtenant moins de services des banques, pour respecter l’esprit de leur religion!!!

Les services bancaires qui sont conformes, à la Charia, cachent une tentative qui est outrageuse d’escroquerie, envers la communauté musulmane qui est déjà marginalisée, alors qu’ils leur promettent, exactement, le contraire!!! D’un côté, les imams disent, aux musulmans, qu’ils se retrouveront, dans les flammes de l’enfer, si ils font affaire, avec les banques du système existant!!! De l’autre côté, ces mêmes chefs religieux sont payés, par les banques, pour inciter les musulmans, à se tourner, vers un système bancaire qui est fondé, sur le mensonge et sur la déception!!!»

1 commentaire:

  1. Collaborons ensemble pour une meilleure compréhension de la finance islamique : www.banques-islamiques.com.

    RépondreSupprimer