samedi 17 décembre 2011

Ce que je suis (1ière partie) : ma philosophie politique et mon nationalisme québécois!!!
























































































































Avant d’être un souverainiste québécois, je suis, d’abord et avant tout, un citoyen du monde et, bien évidemment, un Occidental!!! J’appartiens à la civilisation occidentale dont j’ai le devoir moral de défendre les valeurs, valeurs qui sont ancrées, dans la pierre angulaire de cette civilisation d’exception qui est la philosophie des Lumières (la liberté, la culture, la modernité, la justice, la démocratie, les droits fondamentaux de la personne, etc.), avec, Dieu soit loué, l’Amérique (que j’ai le devoir moral de défendre, en tant que membre de la civilisation occidentale), à la tête de ces grandes valeurs humaines, et Israël (que j’ai le devoir moral de défendre, en tant que membre de la civilisation occidentale) comme étant l’unique représentante de ces valeurs universelles, au Proche-Orient et au Moyen-Orient!!!
















Ensuite, si je devais me définir, intellectuellement parlant, ce que, normalement, j’évite de faire le plus possible, car je ne veux pas m’enfermer, dans des catégories qui sont closes, je dirais, les billets de mon blogue en sont les plus illustres témoignages, que je suis anti-islamiste, climato-sceptique, pro-OGM, anti-pacifiste gnan-gnan, anti-GIEC, anti-ONU, anti-Nouvel Ordre mondial, anti-gouvernement mondial, pro-libre-échange, anti-protectionniste, pro-mondialisation, anti-communiste, anti-socialiste, anti-étatiste, anti-interventionniste étatique, mais avec une tendance, vers le néo-conservatisme, sur le plan de la politique étrangère, jurisnaturaliste (dans le sens où, tels John Locke et Leo Strauss, je pense que, sans l’idée du droit naturel, la défense, de même que l’affirmation, des droits de l’être humain s’anéantissent) et capitaliste (dans le sens non-étatiste du terme), le tout dans cet ordre!!!
























J’ai, également, quelques idées conservatrices, en moi!!! Je suis un conservateur, dans le sens où je pense que ce qui fait la grandeur, ainsi que la fécondité, de la civilisation occidentale, vient des valeurs d’éthique qui sont issues du judaïsme et qui sont reprises, par le christianisme!!! Je pense au respect de la dignité de l’être humain, en tant qu’être qui est doué de la Raison, au refus du mensonge, au refus du vol, au refus du viol, au refus du meurtre, au respect de la liberté de choix, au respect de la liberté de passer contrat et à la prise en compte de ce que, en-deçà des multiples contrats du présent, il existe un grand contrat qui implique de comprendre pourquoi il existe ce que Russell Kirk appelle des choses qui sont permanentes, telles que la famille!!!
























































«Lorsque l'on observe l’actuelle situation, nous dit l’ancien ministre péquiste Jacques Brassard, on comprend pourquoi que René Lévesque ait pu être aussi dubitatif!!! Il nous connaissait bien!!! Il était clairvoyant!!! De nos jours, en effet, on ne peut pas vraiment dire que nous sommes «quelque chose comme un grand peuple»!!! Le peuple québécois est, actuellement, déboussolé, il est oublieux, de plus en plus, de ses racines, il est incapable d’assumer, pleinement, son avenir, il est envahi, par l’indifférence, face à la résurgence des périls linguistiques, il est infecté, par des virus idéologiques (écologisme, réchauffisme, pacifisme, palestinisme, anti-américanisme, antisémitisme, alter-mondialisme, socialisme, etc.), il est empêtré, dans le multiculturalisme délétère, il souffre d’une grave addiction à l’étatisme, il est, de plus en plus, marginalisé, sur le plan politique, au sein du Canada, et il est davantage porté à considérer le patriotisme comme étant une vieillerie qui est dérisoire!!!»
































































































































































































***********








«L’espace culturel québécois, nous dit le sociologue Gérard Bouchard (oui, oui, le commissaire!!!), n’est pas vierge!!! Il est, fortement, structuré, en vertu d’une dynamique collective qui est vieille de quatre siècles, au sein de laquelle la composante francophone a toujours pesé d’un poids prépondérant, en raison, à la fois, de son nombre, de son ancienneté et de son action qui est vigoureuse!!! Il est impossible, sociologiquement, que cette massive composante retraite, tout à coup, des lieux symboliques qu’elle a aménagés, au cours de l’Histoire, que ce soit sa langue, ses coutumes, ses symboles et le reste, et qu’elle renonce, en quelques sortes, à ce qu’elle est!!! Il est, par conséquent, inévitable que la culture commune soit, très fortement, imprégnée de la vieille culture canadienne-française et celle-ci n’a pas à s’en excuser!!!»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire